Comment mesurer la transformation de son entreprise ?

Les entreprises de tous les secteurs sont aujourd’hui confrontées au besoin de se transformer. Pas une journée ne passe sans ce que sujet soit abordé lors des réunions, des discussions entre collègues de bureau et autres articles des médias professionnels.

 

Nous parlons tous de l’absolue nécessité de se transformer, de devoir aller vite et surtout de la meilleure façon de faire selon nous. Et pourtant, nous sommes le plus souvent bien incapables d’évaluer si le cap qui est donné et les actions entreprises œuvrent dans le bon sens.

 

Difficile donc de se rassurer, de susciter l’adhésion des équipes et d’obtenir les budgets nécessaires pour maintenir le cap dans la durée…

 

 

Comment s’assurer que la transformation avance et aille dans le bon sens ?

 

Tout d’abord, il convient selon moi de distinguer 2 types de transformation :

 

–    D’une part, la transformation rapide et globale provoquée par la révolution digitale et ses importants changements comportementaux qui obligent les entreprises à revoir leur raison d’être, positionnement, architecture SI, modèle économique, modèle commercial et politique humaine (transformation liée aux disruptions)

 

–    Et d’autre part, la transformation « au fil de l’eau » des entreprises pour s’adapter aux évolutions de leur marché par l’ouverture sur l’extérieur, la culture d’entreprise, l’innovation permanente, la gestion des talents et de l’employabilité, etc…(transformation incrémentale)

 

Ces 2 dimensions de la transformation sont complémentaires mais ne peuvent s’évaluer de la même façon lorsqu’il n’y a pas d’horizon de temps ou de point de clôture qui pourraient permettre une mesure de l’avancement. On parle plutôt d’une capacité à collecter et intégrer en permanence les nouveaux inputs.

 

 

La définition et la mesure d’indicateurs clairs et incontestables ne sont donc pas toujours aisées mais en voici quelques uns qu’il me semble intéressants de chercher à suivre :

 

Ma vision/cap/projet cible est-il connu et compris en interne ?

 –    % collaborateurs capables d’exprimer correctement la cible mais aussi les priorités, les grandes étapes, les difficultés, remises en cause et bénéfices futurs.

 

Mes équipes sont elles alignées et engagées ?

 –    % collaborateurs convaincus par la vision/cap/projets/valeurs ? (je suis d’accord)

 –    % de collaborateurs confiants sur leur capacité ainsi que celles de leurs dirigeants à mettre en œuvre ? (j’ai les moyens de…)

 

Mes fondations cibles se mettent-elles en place ?

 –    Niveau d’avancement de la mise en œuvre de mon architecture SI cible

 –    Niveau d’avancement de ma roadmap de projets majeurs

 –    Niveau d’avancement de ma nouvelle organisation RH et des acquisitions de compétences/profils nécessaires

 –    Evolution des irritants internes et externes

 

Mon nouveau modèle/business/canaux se mettent ils en place ?

 –    Contribution au C.A. et au résultat de l’entreprise

 –    Contribution à la formule de vente (trafic, fréquence, panier…)

 –    Apports en termes de data et connaissance client

 –    Apports en termes d’image client et employeur

 –    Apports en termes de visibilité et points de contacts clients

 

Ma capacité à m’adapter en permanence ?

 –    Déploiement et appropriation des nouveaux outils collaborateurs

 –    Déploiement des méthodes agiles et de co-design centrées client/utilisateur

 –    Délais moyen de « Time to market » des projets et produits

 –    Nbr d’appels des API développés entre l’IT et les métiers

 –    Développement des compétences et du niveau d’employabilité interne

 –    Vivacité de l’innovation interne (nb d’idées, interactions, membres de la communauté….)

 –    Vivacité de la communauté de veille externe (nb de membres, interactions…) 

 

Ce ne sont donc pas les indicateurs qui manquent…

 

Et, même si parfois les outils de mesure nous semblent imprécis et contestables, ils méritent tout de même d’être testés, corrigés pour être ensuite suivis dans le temps afin de matérialiser les progrès, piloter les efforts et apporter de l’énergie nécessaire pour continuer le chemin.

Et vous, quels indicateurs suivez vous ?

 

 

 

Denis Vanbeselaere, directeur chez Bartle

 

Partagez l'article !

Bartle- 2019

Tous droits réservés

Restez informé

Oui, ça m'intéresse !

Vérifiez vos mails

Vous pourriez avoir reçu

quelque chose